L’Europe au coeur

Alors que la campagne présidentielle bat son plein, un flot d’informations fausses, trompeuses et fallacieuses est déversé à l’encontre de l’Europe – Union Européenne, mais permettons-nous cette familiarité. Si l’on ne s’attendait pas à quoi que ce soit de particulièrement glorieux de la droite souverainiste, voici que se profile, de plus en plus violente, de plus en plus virulente, la gauche souverainiste anti-européenne.

Le débat porte, de manière fausse, sur l’idée que « L’Europe, on la change ou la quitte« , merveilleux faux dilemme proposé par la gauche europhobe. Double faux dilemme, même, tant la possibilité de changement est escamotée par la brutalité du changement proposé, ainsi que par les mensonges scandant que l’on ne peut pas changer l’Europe en votant, même à Strasbourg. (je cite)

Erreur monumentale.

L’Europe est un instrument. Les institutions sont là pour permettre le bon fonctionnement de cet union. De facto, l’on peut en faire ce que l’on souhaite. Malheureusement pour les gauches européennes, l’UE est actuellement dirigée par les conservateurs, ce qui explique un certain nombre de règles et directives.

C’est là le premier point démontrant la fausseté de l’argument cité plus haut. La politique climatique, la protection des libertés numériques, sont autant d’exemples d’avancées permises par l’Union Européenne. En fait, allons même plus loin et regardons les avancées sociales.

La réglementation européenne a instauré, dans toute l’Union européenne :

  • L’obligation d’établir un contrat de travail écrit ;
  • La limitation de la durée de travail hebdomadaire ;
  • La protection sociale de la maternité ;
  • L’interdiction d’exposition aux radiations ;
  • L’interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans et réglementation du travail des 15-18 ans (durée de travail, travail de nuit, repos obligatoires, etc.) ;
  • La protection contre les agents chimiques, physiques et biologiques ;
  • L’encadrement du travail sur écran d’ordinateur ;
  • L’encadrement des travaux exposant à l’amiante.

La Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs, adoptée en 1989, engage les Etats membres à garantir une protection sociale, un revenu minimum et une retraite.
De très nombreux secteurs ont fait l’objet de directives, de règlements et de recommandations communautaires qui harmonisent et renforcent de manière très concrète les droits des travailleurs et leur protection sur leur lieu de travail.
(cf europa.eu, avec plus d’informations sur le site de Toute l’Europe)

L’Union et ses États membres s’emploient de plus à coordonner leurs régimes de sécurité sociale afin que les travailleurs puissent continuer à percevoir leur pension de retraite et leurs prestations sociales lorsqu’ils changent d’emploi et travaillent dans plusieurs pays de l’UE. (grace a EURES)
La législation européenne limite de plus le nombre d’heures de travail, combat la discrimination sur le lieu de travail, renforce la sécurité au travail et garantit le versement d’indemnités en cas d’accident du travail.

Alors si « l’on ne veut pas de cette Europe-là », laquelle peut-on bien vouloir ?

Le problème, nous dit-on alors, c’est ce qu’il s’est passé avec la Grèce. Le problème n’est plus l’Union Européenne, car c’était l’Eurogroupe qui était à la manœuvre, soit les gouvernements réunis à huis clos. Si la France a pu empêcher le Grexit (redouté par Tsipras et Varoufakis) ce n’a pas pour autant été une réussite comme elle aurait pu l’être. Si Hollande et Junker (avec l’aide non négligeable de Renzi) ont réussi à maintenir la Grèce dans l’Eurogroupe, les réformes imposées par Schäuble furent violentes – choquantes pour le Président de la Commission Européenne et le Président français.

Jean-Claude Juncker, the president of the European Commission, and his chief of staff, Martin Selmayr, were taken aback by Schäuble’s email, and they immediately summoned the two members of the European Commission responsible for the single currency, Valdis Dombrovskis of Latvia and Pierre Moscovici of France. Juncker also called President François Hollande in Paris: both men were determined to keep Greece in the euro, but they worried that if Merkel shared Schäuble’s resolve to eject the Greeks, they would be powerless to stop her. “Juncker and Hollande agreed this was dramatic and must not be carried,” said a Brussels source. “But no one was sure if this was just Schäuble or whether it had been agreed with Merkel.


Three days that saved the euro – Thursday 22 October 2015 – The Guardian

Le système actuel manque malheureusement de transparence et de démocratie. C’est une des raisons pour lesquels les citoyen-ne-s s’en désintéressent et se tournent vers les extrêmes, considérant que l’Eurogroupe est indissociable de l’UE.

C’est là où la magie de la négociation et de la démocratie revient. La première chose à faire sera la démocratisation de la zone euro avec des élus directs qui seront là pour encadrer les dirigeants de la zone Euro, comme proposé par Thomas Piketty et défendu par le candidat Benoît Hamon. Cela demandera évidemment un budget de la zone euro, afin de servir de filet de sécurité commun aux États membres. Benoît Hamon s’est engagé pour cette démocratisation qu’il faut mener pour que « traités européens » cesse d’être péjoratif et puisse enfin recouvrir une réalité démocratique.

 

L’UE interdit elle – comme Mélenchon aime à le répéter à qui mieux mieux – la convergence fiscale et sociale ? Non, car certaines compétences ne sont pas du ressort de l’UE. De fait, exploiter les traités d’être au maximum de leur capacité, comme augmenter certaines harmonisations minimales en droit du travail et sécurité sociale (article 153 du TFUE que les Insoumis aiment citer, tronqué de la partie qui justement les contredit), réviser les traités ou créer des coopérations renforcées sur certains sujets sont autant de possibilités effectuées et encore effectuables (si l’on me permet ce néologisme). Mais bon, ce serait comprendre que le TFUE interdit l’harmonisation à la baisse sans préjudice de la mise en place de minima européens qui peuvent amener à rehausser les droits sociaux dans certains États… Soit exactement ce sur quoi travaillent aujourd’hui toutes les institutions européennes à travers le pilier européen des droits sociaux.

Le problème de l’unanimité our de majorité qualifiée fait que l’on stagne souvent. En revanche, s’en passer, y renoncer signifierait de facto la création d’une Europe fédérale. A Sakharoz, nous ne nous sommes jamais cachés de ce tropisme fédéraliste. Bien évidemment, cette démocratie plus directe signifie aussi, bien évidemment, risquer de se retrouver avec un résultat encore plus opposé à nos attentes. Telle est la vie démocratique.

Avec ses Plans A et B, Jean-Luc Mélenchon propose de forcer la main aux institutions européennes sous peine de quitter (Plan A). Cela induit un comportement assez odieux. Tout d’abord, une arrogance française, qui est de dire que la France pèse 18% dans l’UE et donc peut acter du rapport de force. Cela contrevient aux règles même de la démocratie européenne. Au final, peu importe si les pays membres sont d’accord avec les changements, s’ils refusent de nous suivre, si les peuples ne sont pas d’accord avec nos propositions, nous partons avec perte et fracas – ce qui est entendu par ce qui est dit du bout des lèvres « l’Union Européenne ne peut se faire sans la France » (BD de LAEC). Le Plan A est donc une violation de la démocratie européenne, allant à l’encontre des volontés des peuples, à la limite de l’impérialisme le plus retors.

Le plan B, en revanche, prône une désobéissance aux traités pure et simple, unilatérale. Là, inutile d’en parler plus longtemps, les retombées seraient violentes et dévastatrices pour le pays, qui se verrait coupé de ses subsides européens (parlons dons de la PAC !) Bref, le Plan B, c’est simplement de se faire seppuku. Peu engageant.

Cela n’empêche pas les intox de tout genre, prouvant que la véritable affaire ne se situe pas dans les possibles errements de l’Union Européenne, mais dans le renouveau d’un souverainisme de gauche – pour ne pas parler de néo-nationalisme. D’aucuns disent que le référendum proposé après renégociation sera victorieux si les changements sont actés. L’exemple du Brexit – malgré les réussites de Cameron devant les instances européennes – s’est soldé par un cuisant échec. Pourquoi ? Parce que la campagne n’a été que nationalisme, xénophobie et ignorance de l’Union Européenne.

L’Union Européenne est une chance, une chance de paix durable, d’opportunités, de vie commune, de protection des citoyen-ne-s, d’échanges, de vie. Le programme de Benoît Hamon est celui qui fait le plus grand pas vers la prochaine étape nécessaire de cette Union, plus d’Europe.

Le 23 avril votons pour l’Europe sociale et solidaire.

 

 

Un grand merci à NdAS pour son aide lors de la rédaction de cet article.

Aftermath

Je n’aime pas réagir à chaud. Notez, je n’aime pas, habituellement, utiliser « je », trop narcissique, dans les articles de ce blog. Aujourd’hui, je m’en fous, j’ose. Parce que nous le savons, les cons… Je ne vais pas revenir sur les attentats du 13 novembre dernier qui ont, à l’heure actuelle, massacré 132 personnes et en ont laissé une centaine blessés, dans un état plus mort que vivant. Le temps est au deuil, ce qui signifie que le temps est, évidemment, à la réflexion.

Ce qui me fait réagir, aujourd’hui, n’est pas l’horreur de cette attaque, du même niveau que le massacre perpétré à Beyrouth, que l’attentat à Ankara, que l’écrasement de l’A321 russe au-dessus du Sinaï. Ce qui est révulsant est une sorte de réaction qui commence, petit à petit, à monter. Nous sommes tous choqués, moi le premier, pourtant isolé dans ma profonde campagne britannique. L’incompréhension, la douleur face à un tel déchaînement de violence nous laisse pantois, hagards et accablés. Cela sont des réactions normales, naturelles, et saines. Ce qui ne l’est pas est la volonté de vengeance qui se dessine peu à peu.

Je passerai outre les réactions immédiates de certaines personnalités politiques, de France comme d’ailleurs, qui ont immédiatement réagi pour tirer à eux la couverture. Ces personnes n’ont eu qu’une envie, utiliser une boucherie pour faire valoir une idéologie aussi vomitive que celles de ceux qui ont commis ces actes inhumains.

Première atrocité, une manifestation de crânes rasés en Bretagne a passé à tabac (oui, tabassé) un homme sous prétexte qu’il était « d’origine maghrébine ». Comme si l’origine faisait de nous ce que nous sommes. « Il est, paraît-il, des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril. » (Jacques Brel) Nous revoilà partis dans une chasse aux sorcières en guise de représailles, le sang appelant le sang, nous voulons à tout prix trouver un coupable pour faire justice nous-mêmes. Ou la définition du lynchage. Dans l’après-guerre, on rasait bien les femmes. [1]

Tout à trac, notre réponse est de bombarder immédiatement un campement de Daesh en Syrie. Bien évidemment, il FAUT une réponse. Il faut montrer qu’un pays ne peut se laisser intimider par une poignée de fous furieux envieux de faire régner la terreur. Ce qui laisse interrogateur est en revanche les moyens, adaptés à une guerre conventionnelle. Que peut-il se passer ? Étonnamment, Dominique de Villepin, interrogé à ce sujet, a eu une réponse claire et argumentée sur le sujet. (voir vidéo ci-après) Une telle réponse ne fait, en réalité, qu’aider les terroristes dans leur volonté de se légitimer. Une violence telle ne risque en effet que de créer une impression de haine venant de nous à l’égard de populations qui sont DEJA les victimes de ces mêmes terroristes, et donc de gonfler leurs rangs. Il n’est ainsi pas surprenant que les attaques perpétrées par les Etats-Unis et alliés après le 11 septembre aient à ce point encouragé la création de cet organe terroriste, l’ayant violemment attisé.

« Il faut être capable d’employer les moyens de l’esprit, » dit-il. Ce genre de réaction est inefficace. L’Histoire récente nous l’a montré, et il devient donc inutile et contre-productif, si l’on souhaite éteindre ce terrorisme. Oublier à quel point la propagande, ou simplement les images, agissent là-bas est se méprendre de combat. Nous deviendrons indubitablement les mauvais, les « méchants », pour reprendre un terme foutrement manichéen qui a été utilisé à qui mieux mieux depuis vendredi soir.

Cette analyse a été très intelligemment reprise par Jean-Luc Mélenchon qui, interrogé chez Laurent Ruquier, a mis le doigt sur ce qui été dit plus haut : cette méthode est inefficace et ne fait qu’aider, au final, ce force invisible qu’est le terrorisme. A cela s’ajoute le fait que le but des terroristes est de diviser la société que nous avons. Si nous arrivons à trouver notre bouc émissaire, ce qui a commencé, nous les laissons gagner. Si nous arrivons à écraser une communauté, en raison de sa religion, en faisant passer cela un quelconque « principe de précaution » (nous allons certainement entendre des choses similaires de la part de nos crânes rasés et de ceux qui les soutiennent sans le dire dans les jours prochains, je suis prêt, hélas, à le parier), nous réussirons à isoler une minorité déjà défavorisée et la laisserons tomber aux mains des meurtriers qui y trouveront un terreau fertile. Hélas, l’on a trop tendance à oublier les causes sociales qui mènent à la violence.


Ce qui est effarant est que cette analyse avait été formulée, plus d’un an déjà, par Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient à Sicences Po, qui a été répété récemment. « Ce qu’ils veulent, ce sont des représailles. Ce qu’ils veulent c’est qu’aujourd’hui à Paris et en France on tue des musulmans en représailles. Ils veulent la guerre civile en France, » analyse-t-il. L’écrivain David Van Reybrouck a eu raison, ainsi, de critiquer la réaction du président François hollande qui a parlé de « guerre ». Nous sommes tombé dans le même piège de la volonté de représailles que pour laquelle nous avions critiqué le gouvernement américain il y a 14 ans.

Il faut, à présent, un discours de paix. Un discours de paix qui n’oublie évidemment pas l’attaque, et qui sache pour autant tout mettre en oeuvre pour se prémunir d’éventuelles futures attaques. Cela est une évidence.

Mais la réaction est la même : nos charognards commencent à hurler, que dis-je, gueuler contre l’ouverture de nos frontières, allant jusqu’à proposer un retour à l’avant Schengen, sous prétexte qu’un des suspects serait entré par la Grèce il y a quelques semaines de cela. N’y a-t-il donc aucune autre alternative ? Si, celle de l’unité. Celle qui nous fait défaut, celle qui va à l’encontre de notre réaction habituelle de nous recroqueviller en position fœtale, celle de travailler, plus fortement encore, avec nos alliés, avec nos partenaires, avec nos amis. Nous avons à présent l’insigne opportunité d’avoir une Europe plus unie, d’obtenir une Europe politique qui puisse être une véritable réponse à ce type d’attaque. L’union de la défense est un point, un seul parmi d’autres, sur lequel nous devrions jouer. Plus de collaboration entre nous-mêmes. Plutôt que de nous refermer, ouvrons-nous et travaillons ensemble. Va-t-on me taxer d’utopiste ? Bah, l’utopie n’est rien d’autre qu’un concept non encore réalisé.

Cette réalité qui devrait être avait pourtant été exprimée par François Hollande dans son annonce initiale, en refusant tout pathos et appelant à ne pas céder à la peur. Restons-en à cela. Continuons d’être ce que nous sommes, des peuples variés, vivant et aimant.

Cela signifie donc ne pas demander des représailles, mais la justice. Ne pas se féliciter du fait que des bombes américaines portent « From Paris with love », faisant, dans ma petite tête de scientifique inculte, une méchante référence à un ancien Necessary Evil qui fit partie du trio qui lâcha en 1945 une triste bombe. [2] Ne pas se laisser aller au lynchage, conséquence néfaste du populisme et la stupidité humaine.

Sur une note plus personnelle, « Pray for Paris » montre une empathie que l’on ne peut qu’apprécier. En revanche, vu les circonstances, je pense que la réflexion peut, une fois encore, se passer de tout commentaire religieux. « Und ich dank’ es dem lieben Gott tausendmal, dass er mich zum Atheisten hat werden lassen. » (Georg Christoph Lichtenberg)

 

En cette période, sachons faire le deuil, avec la pudeur et le respect qui sont de mise pour toute les victimes. Et cela passe par le respect de leur intelligence, de ce qu’ils représentent, en majorité des jeunes, « branchés » (ou non), ayant envie de vivre plutôt que de survivre. Cela seulement pourra nous aider à vivre en paix, et à respecter leurs mémoires.

 

toujours pas peur

Toujours pas peur. Vivons, sortons, buvons et forniquons. La paix arrivera seulement ainsi.

 

[1] Oui, je sais, la comparaison est exagérée, car, à cette époque, il s’agissait AUSSI de redorer son blason après un retournement de veste, ou lorsque le débarquement avait donné du courage aux plus audacieux. La démarche intellectuelle est la même.
[2] « Oh mon Dieu, il ose ! » Oui, je l’ai dit, déjà, on ose tout. Même logique que précédemment.