Laïcité AAA

A trop écouter les échos actuels du monde politique, l’on finit par se demander ce que la loi de 1905 prônant la séparation de l’Eglise et de l’Etat  devait contenir. Devenue le bastion des conservateurs les plus farouches, la notion même de laïcité a été dénaturée et est utilisée à tout-va comme un rempart, visant de manière préférentielle les « autres ». Présentée comme la véritable défense républicaine à toute atteinte religieuse, force est de constater qu’en plus d’être très sélective, elle porte des armes qu’elle n’a normalement pas.

 

Tout d’abord, et ce afin de nous mettre d’accord, la loi du 9 décembre 1905 reconnaît à chacun-e le droit de croire en ce qu’il/elle veut : Elohim, Allah, Dieu, Vishnu, Odin, Amaterasu ou Monstre Spaghetti, toute personne est libre de diriger sa croyance vers l’objet (ou le sujet immatériel, afin de plaire aux théistes qui nous liront) de son choix. L’article 2 est le plus violent, en ceci qu’il s’agit de l’article qui enterrine, finalement, le divorce unilatéral entre religion et Etat. L’article le stipule parfaitement : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » L’on pourra parfaitement, ainsi donc, considérer qu’un-e élu-e du peuple brandissant un livre religieux dans l’enceinte du pouvoir est ainsi une violation extrême de ce principe. Cependant, porter un vêtement religieux dans la rue n’est, ainsi que l’avait démontré l’excellent Aristide Briand (page 989), pas à l’encontre de la loi, qui laisse à tout un chacun la liberté de culte, ainsi que celle (« Dieu merci ! ») d’habillage.

Le problème que l’on rencontre alors est un problème profondément culturel. Certaines personnalités politiques, majoritairement conservatrices (notre Premier Ministre actuel en fait partie intégrante), tentent en effet de faire coller le devoir légal – la laïcité – à leurs tropismes d’Ancien Régime, prônant de nouveau une religion d’Etat. Ne rions pas, camarades, la farce est assez mauvaise. A cela s’ajoute la peur, la haine, l’incompréhension – les premières étant issues de la dernière – qui rythment notre société. Les populations immigrées, ou issues de l’immigration, ou encore issues d’issues de… (vous avez compris) sont toujours les premières à être montrées du doigt. Atavisme propre à Sapiens Sapiens ou construction sociale, nous ne trancherons pas, cette habitude a, après avoir discriminé des groupes entiers de populations selon leur couleur de peau, leur langue, leurs simples origines, leurs ethnies, repris un ancien chemin, celui de la discrimination par la religion. Le Moyen-Âge, et cela est vrai à l’échelle des temps géologique, n’est pas loin. Ainsi, afin d’isoler, une fois encore, une minorité que d’aucuns trouvent un peu trop visible, la meilleure parade reste de se cacher derrière la laïcité, en brandissant le mot comme un trophée, mais en ayant pris soin de vider la bête auparavant, de peur que l’on ne s’aperçoive du subterfuge. L’épisode immonde des interdictions au burkini cet été en sont un exemple flagrant. Nous ne nous étendrons pas sur cette polémique inutile et imbécile, amplifiée par des médias tout aussi incompétents et scatophages. Nous ne ferons que saluer l’intelligence de l’ONU et du Conseil d’Etat sur le sujet.

Cette laïcité telle que brandie est d’ailleurs toute relative, car les personnes la brandissant comme une excuse, selon précédemment, ne réclament jamais sont application face au paradoxal cas du concordat d’Alsace-Moselle. Je laisse cela ici.

 

La réflexion qui se pose à présent est celle de la nature même de la laïcité. Souvent, trop souvent, nous entendons dire que le combat se joue en France entre « laïcards » et « croyants ». Rien ne serait plus faux. L’Etat se trouve être laïcard. Le combat n’existe donc que pour quiconque n’a toujours pas digéré la séparation nette d’avec la Religion [1]. Cela permet aussi de faire un amalgame entre laïcité, athéisme, et anticléricalisme. Si les deux premiers sont intimement liés (nous l’allons voir, c’est le sujet de cet article) le dernier est une technique de déshonneur par association assez aisée – et fallacieuse.

La laïcité, nous l’avons vu plus haut, est un programme politique permettant à l’Etat de faire abstraction de toute religion, ou principe religieux. L’Etat ne reconnaît ainsi aucune entité supra-, para-normale ou surnaturelle, immanente et transcendante, qui régirait le monde, l’univers, et bien évidemment, 42. Ce même programme politique prévient aussi l’Etat de s’immiscer dans les questions d’ordre religieux : ce n’est en effet pas là le rôle de nos institutions.

L’athéisme est une posture intellectuelle des plus intéressantes, et des plus incomprises. Très souvent confondu avec l’antithéisme, qui est le rejet de tout théisme (étymologie niveau maternelle), l’athéisme refuse d’accepter l’existence d’une entité supra-, para-normale ou surnaturelle, immanente et transcendante, qui régirait le monde, l’univers, et bien évidemment, 42. Nous nous répétons quelque peu, parfois. L’athéisme, refusant ainsi la fondation religieuse (je fais rapide), repose sur un principe simple : celui de l’humanisme. Il n’est pas surprenant, ainsi, que les sceptiques et autres rationalistes fussent athées.

La superposition des deux concepts nous montre des convergences énormes. L’athéisme rejette l’idée de transcendance divine dans son monde, et plus particulièrement dans son éthique, ou ses règles de conduite. La laïcité élimine de la même manière toute intrusion de cette même transcendance dans le fonctionnement interne de l’Etat. Les personnes croyantes sont ainsi invitées à ne pas faire de prosélytisme dans le cadre de leurs fonctions, fort logiquement. La réflexion se fonde alors sur des éléments concrets plutôt que sur « Dieu a dit que ».

Ainsi, il est évident que la laïcité, fût-elle « à la française » ou non, est forcément un athéisme profond, car elle se trouve dégagée de tout théisme, de toute religion. Voilà déjà le premier A.

 

Partant de là, la question de la religion se doit d’être résolue. J’entends déjà les hordes de néo-cons(ervateurs, voyons, je suis un garçon poli) se précipiter et hurler au stalinisme en me voyant brandir un athéisme politique, que j’appellerai bien volontiers « nouvel athéisme d’Etat ». Pour pouvoir ne pas tomber dans l’extrême que fut la doctrine de déchristianisation après la Révolution Française, ou bien mêmes ceux qui furent implémentés en URSS et en Chine, il convient de bien affirmer la différence essentielle qu’a l’athéisme reconnu dans la laïcité : la non-reconnaissance de théisme(s), et non l’antithéisme (que furent ces politiques passées). Pour cela, la réflexion se porte forcément sur le fonctionnement de l’Etat. Nous l’avons dit plus haut, les institutions doivent (dans le meilleur des mondes possibles) fonctionner selon des faits, des arguments concrets. En raison de la nature immatérielle et très volatile des différentes divinités que l’Histoire a eu le délice de coller au postérieur, cette question ne peut obtenir de réponse claire. La laïcité est donc un athéisme, certes, mais un athéisme agnostique. La juxtaposition des termes peut prêter à rire, mais l’excellent Richard Dawkins [2].

 

 

Là, nous ne parlons de rien d’autre que du scepticisme précédemment évoqué.

 

 

[1] Avec un grand « R », cela rend le concept plus général et plus formel. De plus, cela donne l’impression de dire des choses intelligentes.

[2] Qu’il faut à tout prix lire, les gens ! Non seulement son Selfish Gene est si bien écrit que le lire est un régal, mais l’on apprend énormément sur la biologie génétique. Et je ne parle même pas de The God Delusion, qui présente de manière carrée, construite et argumentée le cas de l’athéisme.

 

 

Blogue LPA no 21 : Laïcité et athéisme

https://blogs.mediapart.fr/yvon-quiniou/blog/190516/la-laicite-arme-de-latheisme

http://www.lemondedesreligions.fr/entretiens/la-laicite-en-france-un-atheisme-d-etat-30-01-2012-2207_111.php

Un commentaire, une remarque ? N'hésitez plus !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s